Pour le journée mondiale du jardinage nu, nous somme huit : Gloria, Eric, Elisabeth, Jean-Marie, Marilyne, Hervé, JP R et moi, à aller faire rougir les Pivoines. Je suis passé samedi dernier pour voir si elles serait fleurie pour aujourd'hui, l'affaire se présentait bien, mais toute la semaine a été très maussade est froide. Il y avais très peu de pivoines en fleurs. A force de chercher  sur le versant le plus au sud nous sommes arrivé à en trouver quelques une en fleurs. 



Nous nous sommes émerveillé sur les iris, orquis et autres fleurs inconnues. Après quelques photos nous sommes montés au plateau de Calern, là, Nadine, Philippe et Daniel nous attendaient. Le ciel est couvert et un petit vent froid souffle, il n'est pas agréable de se mettre nu dans ces conditions. Toute fois, JP R et moi passons notre habit de peau. J'emmène mon groupe voir l'aven des Baudillouns, une des plus profond de la région. Puis comme nous approchons de midi, et que le temps est de plus en plus menaçant, je recherche la grotte que je connais bien pour nous mettre à l'abri si la pluie fait sont apparition, mais j'ai un peu de mal à retrouver l'endroit, c'est la première fois que je viens par cette direction. Aidé par Daniel, on retrouvent assez facilement la doline ou se trouve cette grotte. A ce moment le soleil fait une apparition de courte durée, mais suffisante pour que presque tous le monde se mette nu. Pendant le repas le temps devient de plus en plus frais. On sait tous couvert, T shirt et polaire. Après le café, nous reprenons la direction d'une borie, une des plus belle de la région. L'entrée est basse et étroite, mais l'intérieur est assez vaste pour se tenir à une dizaine autour d'un bon feu au centre. Nous repartons vers les baumes, se sont deux grand effondrement de la voute d'une cavité calcaire qui on formé ces curiosités. 

 

Dans l'une d'elle il y a des arbres, le plus grand doit faire au moins 25 m dont une dizaine de mètres a peine dépassent le sol. L'autre baume c'est effondrée en deux partie et elle forme une sorte de pont. L'intérieur est accessible facilement. Le berger doit s'en servir de bergerie pour ses moutons. Il est encore tôt, Philippe nous rappelle qu'il y a une grotte Chapelle sur le sentier qui redescend au village de Caussols. Nous ne sommes pas très loin du GR, nous y allons. A peine avons nous rejoint le sentier, que la pluie commence à tomber légèrement. On renonce donc à aller voir cette chapelle. Arrivés aux voitures on décide d'aller boire une boisson chaude au bar du village. A peine sommes nous rentrés dans les voitures que la pluie redouble de violence. C'est sous des trombe d'eau que l'on entre dans le bar. Au moment de partir je discute avec la mère du patron, elle me dit que sa doit être agréable de pouvoir se promener nue dans la nature. Je lui propose de venir avec nous. Elle me répond que le restaurant ne lui laisse pas de temps pour les loisirs.

JP Guido