Nous sommes cinq pour cette randonue du 1er mai, Isabel, Pierre, Michel, Jean-Paul et moi. Sur le parking il y a d'autre voitures, Pierre nous dit qu'il sont quatre et qu'il font une reconnaissance du même parcours que nous. J'ai un peu peur qu'Isabel n'arrive pas à passer un passage un peu vertigineux équipé d'un chaine. Elle s'en sortira très bien. A cette endroit nous somme au dessus de la rivière et nous voyons les 4 personnes en face visiblement perdu. Pierre leur explique qu'il se sont trompés et qu'il fallait prendre le sentier avant le pont. Isabel me raconte qu'elle a des vertiges depuis qu'elle a fait beaucoup de VTT sur le canal du midi. Mais apparemment elle n'a pas le vertige au belvédère ou elle s'approche très prés du vide. Après une descente un peu raide et parsemé de quelques difficulté ou il faut mettre les mains pour ne pas glisser, nous arrivons sur les berges du Caramy. La forêt est magnifique, mais plusieurs troncs d'arbre nous barrent le sentier, que nous devons franchir soit par dessous soit par dessus. Nous sommes rattrapé par le groupe, nous les laissons passer et une petite conversation s'engage tout a fait naturellement comme si nous étions habillé sans aucune gêne de part et d'autre. Je crois que les randonneurs habillés nous considère a juste titre, comme faisant partie d'un même groupe : la randonnée. Nous allons rencontrer un autre groupe qui mange au bord de l'eau, très sympathique aussi. Vers 1h nous nous arrêtons aussi pour le repas, un peu arrosé par un bon vin et terminé par le café. Pierre doit nous quitter, il viens de recevoir un message sur son téléphone, un décès dans sa famille. Heureusement je connais un peu le parcours et j'ai la carte dans le sac à dos. Juste après le repas la pluie fait sont apparition, elle n'est pas très forte et nous pouvons rester nu sans avoir froid. Nous arrivons près du pont romain ou normalement il y a beaucoup de monde, mais la pluie les a fait fuir. Le retour est plus facile, mais le sentier devient glissant avec la pluie. Il y a des sentes un peu partout est à un carrefour je me trompe de chemin. Heureusement que j'ai la carte, et nous retrouvons assez facilement le bon sentier. La pluie c'est arrêté juste avant d'arriver aux voiture, Isabel commence a avoir froid, la fatigue peut être. On se retrouvent tous au bar du village devant une bonne bière avant de nous séparer. Je crois que c'est la première fois ou on a pu rester nus même sous la pluie sans avoir froid.

JP Guido.