Cheiron 06 : Randonnée nue / Naturisme / Randonue

Accueil Blognaturiste | Se Connecter | S'inscrire

vendredi 7 janvier 2011

Mon premier réveillon naturiste

Sur une idée d'Hervé, nous avons loué un gite au col de Turini pour une semaine pour la modique somme de quatre cent euros. Nous arrivons avec Viki et Daniel mercredi vers 12h00, le temps de décharger la voiture et de s'installer dans le chalet, nous voici tous nus autour de la table devant une terrine de rillettes de lapin et une bonne bouteille de vin rouge. Vers 13h Alain nous rejoint avec deux bouteilles de cidre. L'après midi, Alain nous fait découvrir la crête derrière la maison forestière de la Croisette en direction de la cime de Suorcas. Il y a très peu de neige et beaucoup de brouillard, on ne voit même pas le soleil au travers. Il ne fait pas très froid, et nous avons bien marché, j'ai un peu chaud et je me met en tenue de peau, c'est tout à fait supportable. Sur le retour Alain nous fait découvrir un sentier très peu marqué, seulement emprunté par les chasseurs, on ne risque pas de déranger des éventuels randonneurs. Après cette petite randonue, Alain nous invite à aller boire un coup chez un copain qui tient un restaurant à Peira-Cava.

Jeudi, il fait beau, nous partons pour faire le tour deL'Authion. Hervé nous enmène après la baisse du Camp d'Argent où la route n'est plus dégagée. Sur la piste on rencontre quelques personnes et jusqu'à la balise 244 nous restons habillés. Comme il y a pas mal de monde sur le sentier qui monte vers l'Authion, nous décidons d'aller vers la vacherie Vaiercaout. Hervé et moi même somme très vite nus Maryline et Daniel reste habillés par manque de vêtements adaptés au déshabillage rapide. La piste est vraiment facile légèrement descendante et il n'y a personne. Le soleil est très chaud et il n'y a pas de vent, le paradis du raquetteur naturiste. Vers midi nous cherchons un endroit abrité pour manger, le vent c'est levé légèrement et le brouillard commence a monter de la vallée. Nous sommes en train de manger lorsque un couple arrive vers nous sur la piste, mais ils s'arrêteront pour manger sans passer devant nous. après ce bon petit repas on repart vers la vacherie qui n'est plus très loin, suivi par le couple. Ils rattrape Maryline qui est un peu en arrière de nous et discute un moment avec elle. Nous sommes sur un ancien camp militaire, les bâtiments sont en très mauvais états. Il y a un char américain (M5 STUART) avec un panneau décrivant les évènements de la dernière guerre sur le massif de l'Authion entre le 10 et le 24 avril 1945. Pour le retour, j'ai repéré un sentier au dessous de la piste qui me parai plus court et surtout il n'y a personne. Mais nous avons eu du brouillard d'un bout à l'autre. C'est pas un sentier qu'il faut prendre s'il y a beaucoup de neige, il y a pas mal de passages un peu exposés aux avalanches. Le petit problème c'est qu'il ne va pas à l'endroit où on a laissé la voiture.        

  

       

samedi 13 mars 2010

Raquett'nue au Grand Mourre

Nous sommes trois pour cette raquett'nue, Rod, Guy et moi même. Nous avons rendez-vous sur une départementale à 10 km de Rougon, à partir de là la route n'est plus goudronnée. Avant de partir j'ai un peu regardé la carte, il y a un sentier qui mène au portail de Blieux et rien d'autres. Guy a eu dans les mains une vieille carte qui indiquée la présence d'un sentier qui partait de la chapelle pour passer entre les Baumonts et la Gondole pour atteindre la Grande Plaine. Nous sommes donc tous les trois à la recherche de ce sentier entre les églantiers, les genets et les arbustes épineux. La température n'est que de 4°. Nous sommes rapidement en sueur grâce à la montée raide et au soleil. Nous sommes suffisamment loin de la maison habitée pour passer notre tenue favorite. A plusieurs reprises nous pensons avoir trouvé le fameux sentier, mais ce ne sont que des drailles faite par les animaux. Nous ne sommes plus loin de la neige quand Rod aperçois des traces de raquettes. Enfin de compte nous étions un peu trop haut pour trouver le sentier. Nous sommes depuis 1/4 heure raquettes au pieds, dans un passage en devers et nous ne voyons pas arriver un jeune couple sur le crête à quelques mètres de nous. Il nous dissent bonjour et l'homme ajoute : attention au coup de soleil. Guy en profite pour leur demander pas où il sont passés. En l'espace d'une 1/2 heure ils vont nous mettre 200 à 300 mètres de dénivelé dans la vue. Un peu plus haut dans une partie en dévers je suis obligé de retirer mes raquettes, j'ai une blessure aux deux malléoles à cause de mauvaises raquettes d'un magasin de sport très connu. Nous arrivons dans la Grande Plaine vers midi, on s'installe au bord de la barre pour contempler la vue magnifique en même temps que l'on prend notre repas. Il est encore tôt, nous décidons de faire le tour de cette Grande Plaine en passant par le Grand Mourre et le Petit Mourre. C'est magnifique, il y a des traces d'animaux partout, mais pas une seule trace de raquettes. Tout le monde monte au Mourre de Chanier, seulement plus haut de 32 mètres, et c'est surement pas de là haut qu'il y a la plus belle vue. La crête entre le Grand Mourre et le petit Mourre fait presque 2 km de long, et nous avons une vue plongeante sur la vallée de Blieux. En direction du sud-est nous apercevons la crête de Traversière et la crête de Berbené superbes. Avec Guy on se prend à rêver de pouvoir un jour aller voir si on peut les traverser. Nous voilà sur le retour, pour éviter la partie en dévers, nous faisons la trace dans un petit vallon. Un groupe monte vers nous dans nos traces de montée, assez loin de nous. Un homme se détourne et vient vers nous pour discuter longuement de randonnée, de naturisme et surtout de son club l'AS-CS de Roquebrune. Dans la descente la neige c'est transformé et les raquettes glissent parfois, à deux reprises je me retrouve le derrière dans la neige. Avec les conseils du jeune couples qui nous a doublé à la montée, nous avons du mal à suivre le sentier, il est peu marqué et les cairns son rare. Arrivé en vue de la route, la descente est très raide et nous devons franchir un enclos où il y a plusieurs chevaux. Voici une journée magnifique avec la rencontre d'autre randonneurs ou notre nudité a parfaitement était acceptée et même approuvée par le responsable de l'AS-CS. 

JP Guido                        

dimanche 7 mars 2010

Raquett'nue au Pensier

Nous sommes cinq pour cette raquett'nue : Rod, Guy, Jean-Marie, Philippe et moi même. La température n'est pas très élevée (3°) mais le soleil est de la partie et le vent aussi. Nous marchons seulement depuis cinq minutes le long de l'ancienne piste de ski, abritée du vent. Je décide de me déshabiller, à ce moment un chien vient nous rendre visite et juste derrière lui un couple de marcheurs en raquettes. Je suis à moitié nu quand il passe à notre hauteur, Guy qui est resté habillé leur dit de ne pas s'inquiéter que nous sommes des randonneurs nus mais qu'il n'a pas encore assez chaud pour faire pareil que moi. Le chien qui avait suivi le couple, nous adopte, et ne nous quitteras plus de toute la journée. Il a une mauvaise tête, il est même impressionnant. Sur le coup, il me semble que c'est le même chien que l'on avait vu il y a deux ans avec Guy. Et bien, après analyse des photos c'est vraiment le même chien. Nous allons rattraper le couple et le dépasser dans la montée avant la forêt. Il nous repassera devant au moment où tout le groupe se met en habit de peau pour attaquer la forêt. A l'abri de la forêt nous ne sentons plus le vent et comme nous marchons d'un pas soutenu nous n'avons pas froid. Au moment  où nous re-dépassons le couple, la femme me dit que nous avons raison d'être nus, parce que eux ont trop chaud. J'en profite pour leur expliquer notre activité et je leur donne mon papier sur notre future association. La nature est vraiment magnifique et chacun l'apprécie à sa façon, nu ou habillé quelle différence ? Le principal c'est la tolérance. A l'approche de la crête les arbres sont moins serrés et la neige plus poudreuse. Nous restons un petit moment à admirer la vue et la nature qui nous entoure, nous sommes rejoins par le couple. Mais le vent nous fait reprendre notre marche pour nous mettre à l'abri sur le versant sud. Il est presque midi, et la piste du DFCI (Défense de la Forêt Contre les Incendies)est plein sud et à l'abri du vent, nous en profitons pour manger. Le chien est toujours avec nous il attend gentiment qu'on lui donne à manger. J'ai jamais vu un chien aussi laid mais d'une gentillesse exemplaire ! Nous voilà repartis pour suivre la piste jusqu'au premier virage, et voir s'il y a un passage pour reprendre le sentier qui est indiqué sur la carte. Mais arrivés sur place, manifestement il n'y a pas moyen de passer. Nous décidons de continuer la piste jusqu'à l'autre virage. Il y a des traces d'animaux un peu partout, chevreuil, écureuil etc... Au deuxième virage, nous avons deux solutions pour retourner aux voitures, descendre par la piste et suivre la route à pied habillé, ou retourner sur nos pas et remonter les trois cents mètres pour rejoindre la crête et rentrer par le même chemin. Nous allons prendre la deuxième solution, un peu plus dure mais c'est tellement plus agréable de rester nus quelque heures de plus. La remontée n'est pas difficile et nous sommes en plein soleil, on a vraiment de la chance de pouvoir marcher nu en cette saison. Surtout que vendredi il a neigé et que la météo annonce pour demain de la neige aussi. Nous repassons par la crête où le vent souffle toujours, le temps de faire quelques photos et nous entamons la descente. Guy me double à grands pas dans la poudreuse suivi comme son ombre par le chien.

 Encore une journée magnifique avec la rencontre de marcheurs très sympathiques et d'un chien qui nous a accompagnés jusqu'aux voitures. Nous sommes restés presque six heures nus.

JP Guido           

samedi 27 février 2010

Raquett'nue au sommet de Canaux

Après 3 mois d'hibernation, nous voici de nouveau repartis pour nos randonnées naturistes. Quand nous arrivons ma femme et moi au lieu de rendez-vous, il y a déjà trois femmes qui se préparent pour faire une randonnée en raquettes. Nous sommes les premiers et nous attendons le reste du groupe. Je m'approche des trois femmes pour leur demander où elle comptent faire leur balade, et dans la conversation je leur dis que nous sommes un groupe de marcheurs nus. Je leur donne quelques explications et qu'elles risquent de nous voir nus. Je m'éloigne quand l'une d'elle me demande si j'ai un numéro de téléphone à leur donner pour des amis qui sont Allemands et qui pratiquent le naturisme. Nous sommes neuf pour cette raquett'nue, Jean, Jean-Paul, Guy, Elisabeth, Jean-marie, Philippe, Nadine, Caroline et moi même. Pour Nadine et Philippe, c'est la première fois qu'ils chaussent des raquettes. Il fait sept degrés mais le soleil est de la partie et nous ne tardons pas à nous mettre nus sauf Nadine et Caroline qui n'aiment pas se mettre nues mais qui nous accompagnent volontiers. Nous sommes suivis et dépassés par deux autres randonneurs très rapides et que nous ne reverrons plus. La neige est dure et la pente relativement facile. Nous zigzaguons parmi les buis. Le ciel se couvre de nuages hauts mais le soleil arrive encore à nous réchauffer. Nadine à du mal a monter, elle n'a pas l'habitude de marcher avec des raquettes, et elle se fatigue très vite. Dans la montée, je fais une photo d'Elisabeth et Caroline en grande conversation, l'une nue et l'autre habillée, voila comment je conçois la randonue ou raquett'nue chacun sa manière d'apprécier la nature. La pente devient de plus en plus facile. Nous passons sous les lignes électriques, qui gâchent beaucoup ce coin de nature qui serait magnifique sans cette horreur. Nous sommes sur une piste qui doit servir en été au berger pour aller voir ses bêtes, elle monte très régulièrement et avec une pente douce. Arrivée au sommet de la crête le vent devient de plus en plus froid. On ne reste pas longtemps pour admirer le village de Canaux à nos pieds. Guy nous cherche un endroit à l'abri du vent pour déjeuner. Il nous trouve un coin dans un creux avec des arbres qui nous coupent le vent. On s'installe avec les couvertures de survie posées sur la neige pour nous isoler du froid. Je suis le seul à rester nu tout le temps du repas, le soleil de plus en plus timide a du mal à me réchauffer. Heureusement que Jean-Paul R et moi même avons apporté du vin, celui-ci nous permettra de tenir la température un peu fraiche. Jean-Paul et Guy nous offrent leur pâte de coing fabrication maison. Nous n'arriverons pas à les départager malgré le nombre important de parts goutées. Après le repas nous repartons en direction des voitures, nous sommes tous habillés, le repas nous a un  peu refroidis. Il est encore très tôt et la température nous permet de nous remettre nus. Je propose de continuer vers la crête de l'Audibergue pour en profiter encore un peu. C'est là que nous retrouvons les trois femmes qui étaient au départ. Elle ne sont pas surprises de nous voir nus, juste admiratives de notre courage. Nous n'irons pas plus loin le vent recommence à souffler à l'approche de la crête. Nous faisons demi tour et rentrons aux voitures. La descente est semée d'embûches, la neige s'est transformée, et à l'approche des buis, elle cède sous notre poids. Nous sommes à quelques mètres des voitures quand il commence à tomber quelques flocons. Nous avons passé une journée magnifique, malgré le temps qui n'était pas très clément.

Je conseille à ceux qui veulent faire de la raquett'nue, pour que ce soit plus facile pour retirer ses vêtement de s'acheter un sur-pantalon de ski qui s'ouvre sur toute la longueur des jambes. On en trouve à Décathlon : http://fr.decathlon.com/srx-jr-500-pant-full-zippe_115_1768327.htm#ancre_onglets  ou chez Worden : http://www.worden.fr/boutique/index.php/Crazy-Idea/1-HABILLEMENT/4-Vetements-Ski-de-Randonnee/26-CI008.html

JP Guido.

             

samedi 14 mars 2009

Raquett'nue Col des Portes

Nous devions être six pour cette raquett'nue, mais sur la côte d'azur, le ciel est gris et je pense que ça en a découragé quelques uns. Ils ont eu tort de ne pas venir, nous avons eu une journée magnifique. Mais revenons au début, j'ai rendez-vous avec Jean à Gréolières à 8h30 puis avec Guy et Jean-Paul à Soleilhas à 9h30.

Lire la suite...

samedi 28 février 2009

Raquett'nue à Demandolx (04)

Je crois que nous avons battu le record de participation à une raquett'nue, nous sommes douze au départ du GR4 au dessus du village de Demandolx. On va commencer par les "anciens raquett'nueur" : Jean-Paul R, Michel M, Guy P, Pierre V, Eric A et Moi même et les nouveaux : Roger S et son Amie, Rémi K, Georges M, François P et Jean.

Lire la suite...

vendredi 27 février 2009

Raquett'nue au plateau de Canaux (en famille)

C'est Christian Suavet qui à organisé cette raquett'nue. C'est une sortie familiale. Dans la famille du var : Jean-Michel (le père), Magalie (la mère)  et leurs deux enfants : Thomas (le fils)  et Justine (la fille), Dans la famille des Alpes-maritimes Christian (le Père), Christel (sa Femme) et Bastien (le fils), Eric (un ami) et moi-même.

Lire la suite...

dimanche 18 janvier 2009

Raquett'nue à Courchons

Nous avons rendez-vous à l'entrée de Saint André les Alpes, au départ de la route qui mène au Rouchas et à Courchons. Guy avais prévu de faire une navette avec la voiture jusqu'au Rouchas pour nous avancer un peu, et pouvoir faire la crête de Aup.

Lire la suite...

vendredi 2 janvier 2009

Raquett'nue au plateau de Calern

Nous sommes six pour cette raquett'nue. Au parking il n'y a qu'une seule voiture en plus des nôtres. La température est de +2°, mais le soleil est présent, certes un peu voilé mais on fera avec. Jackie chausse pour la 1er fois des raquettes, Eve vient avec nous pour la 1ere fois aussi, et Alice a déjà marché avec des raquettes mais pas avec un groupe de naturistes.

Lire la suite...

lundi 22 décembre 2008

Raquett'nue Crête de Crémon

Nous avons rendez-vous Pierre et moi au 8ème lacet de la route de Demandolx, juste au dessus du barrage de Castillon/Demandolx à 5 km de Castellane. Il fait un temps superbe et chaud. De la route à l'ancien village nous suivons une piste enneigée, au soleil la neige est dure, puis elle passe à l'ombre et revient au soleil, là nous sommes suffisamment loin de la route, nous passons notre habit de peau tous les deux.

Lire la suite...

- page 1 de 2

Site du portail naturiste francophone VivreNu.com   : blognaturiste.com   rencontres-naturistes.com    lenaturisme   Achat Vidos VivreNu   Rgie Pub Naturiste   nudismlife.com   videosgags.fr   tousnus.fr   photos naturistes   Revues Naturistes Vintage   Randonue   Plages Naturistes   Videos Naturistes   Cyclonudistes   tv-naturiste     Thumbnails powered by Thumbshots   conditions d'utilisation